août 11, 2015

# Articles

Glacé - Bernard Minier


L’histoire :
Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d'un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée.
Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière.
Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d'altitude? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar?

Ce que j’en pense :
Ce que j’ai aimé le plus est le cadre, on est dans les Pyrénées. On rencontre des paysages qu’on peut bien imaginer tellement c’est bien écrit. Le récit se situe en hiver avec ses tempêtes de neiges.
De plus, les personnages sont atypiques et complexes comme dans les meilleurs thrillers. Ils sont très bien décrits avec des caractères réfléchis et à qui on peut s’attacher et s’énerver sur d’autre. On revint sur leur passé mais que le récit important à l’histoire, parce que « tous viens du passé ».  
De même, l’histoire en elle-même. Il y a de vrais actions et une enquête passionnante, des crimes rendus crédibles. Il y a des descriptions sur les sévices des crimes et cela est bien sans trop de superflues. Le livre s’ouvre sur une découverte sinistre, il y a une prison décalé qu’on fera jamais dans un autre livre.
De plus, l’auteur nous nargue en nous fessant bourlingue dans des fausses piste : les fous, la gendarme, les vigiles…, des secrets passé bien enfuis. Le paysage est très bien pensé et bien planté. On soupçonne plein de personne. On découvre cet asile un peu particulier, ce qui nous donne droit à des descriptions de traitements qui font froid dans le dos. Je me pose si cet asile existe vraiment ou est sorti de la tête de l’auteur. Bravo !
Les personnages sont très attachants et ont tous une personnalité qui ne nous laissent pas indifférent : un commandant de police scandalisé, une capitaine de gendarmerie entraînée à tous les sports dangereux et efficace, des méchants pervers et malins.
J’ai moins aimé les détails qui n'apportent rien de plus à l'enquête comme des descriptions en double, comme avec la visite du centre psychiatrique visité par Diane puis la même visite avec Servaz. Une partie centrale un peu ennuyeuse. Ce qui vient sûrement des longueurs des chapitres environs 20/25 pages.


Note : 18/20. Un vrai chef d’œuvre de suspense. 

Follow Us @soratemplates