mai 26, 2016

# Articles

Les cœurs fêlés - Gayle Forman

Synopsis :
N'avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n'êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis.
Pour Brit, du haut de ses seize ans, ce cauchemar devient réel quand son père la conduit de force à Red Rock, un centre de redressement qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n'existent que dans la tête de son père. Pourquoi son père l’a emmené dans ce centre ? Va-elle arrivé à s’en sortir ?

Ce j’en pense:
J’ai découvert Gayle Forman avec Si je reste, que j'avais dévoré et aimé. J’ai tiré dans la ma Jar Surprise, une couverture rouge, je me suis toute de suite tourné vers Gayle Forman avec les cœurs fêlés qui me tentais depuis longtemps. Cette auteure est pour moi une valeur sur, j’ai aimé tous ces livres, j’ai été porté par sa plume agréable et ces thèmes très intéressant pour moi. Le résumé me tentait beaucoup et je n'ai pas été déçue. 

L’histoire est très subtile et le centre de redressement est bien développé comme je le voulais. Les personnages sont très touchants et courageuse. On suit une bande de filles. Brit est une adolescente « rebelle » qui a grandi dans la solitude. Brit a des mèches rouges, joue dans un groupe de rock, elle ne boit pas, ne fume pas. Alors pourquoi se retrouve-t-elle dans cet établissement. Elle va faire la connaissance de Cassie, Babe et V. Elles ont toutes leurs caractères qui va donner le rythme à l’histoire. Vont-elles s’aider pour se redresser ? Ce livre est rempli d’émotions, on ne veut pas s’arrêter de lire avant de connaître la fin et de savoir comment Brit et ses amies vont se sortir de ce centre. De plus, je voulais savoir si un des adultes extérieurs allaient se rendre compte de la situation de ces enfants.

Les extraits:
« Cendrillon, les murs ont des yeux (tu as remarqué les caméras ?) et des oreilles (fais gaffe à Tiffany). Le cafardage est un mode de vie ici. Ne parlons pas à l'intérieur du bâtiment. Uniquement dans la cours à parpaings. Babe.  J'ai froissé le papier en souriant. Quelqu'un me soutenait. »

« Petite, je n'ai jamais eu conscience d'être soutenue, car j'ignorais l'impression que cela faisait de ne pas l'être. Je n'aurais jamais pensé me retrouver un jour seule et vulnérable parce qu'à cette époque, il n'y avait pas de famille plus unie et plus formidable que la mienne. »


Note: 20/20 une histoire d’amitié et qui dénonce des pratiques douteuses et horribles des centres de redressement

Follow Us @soratemplates