septembre 22, 2016

# Articles

Café Lowendal et ses nouvelles - Tatiana de Rosnay

Solitude, obsession amoureuse, désenchantement… Tatiana de Rosnay égrène, dans ce recueil inédit, dix nouvelles peuplées de personnages un peu perdus, en quête de frissons ou d'affection. Écrivains en crise, couples en pleine déréliction, jeunes gens avides, tous voient un jour leur vie basculer. Pour le pire ou pour le meilleur... Laissez-vous prendre par la petite musique de Tatiana de Rosnay: elle sait à merveille évoquer le timbre un peu fêlé de la mélancolie.

« Cela fait cinq ans. Je peux a présent en parler. En parler sans frissonner. Je peux même écrire son nom : Victoria. Victoria. Victoria. Ecrire son nom sans avoir mal au ventre. Sans avoir envie de me cacher. Envie de la tuer. Envie de pleurer. Envie de mourir. C’est long, cinq ans. Long sur le papier. Cinq agendas. Cinq étés. Cinq hivers. Un quinquennat. Mais dans la vie, dans la vraie vie, celle qui coule, fluide, celle qu’on ne voit pas passer, cinq ans, c’est court. C’est comme hier. Je me souviens de tout. Je me souviens de chaque instant. De chaque détail. Je me souviendrai ma vie entière de Victoria. »

Mon ressenti :
Les qualificatifs que je donne à ce livre : court, frissonnant, enjolivé

On peut lire dans ce recueil, 10 courtes ou moyenne nouvelles suivantes : le Café Lowendal, Amsterdamnation, la Tentation de Bel-Ombre, Un Bien Fou, Ozalide, Sur ton mur, La méthode "K", Constat d'Adultère, Dancing Queen, La Femme de la Chambre d'Amour.

Globalement, on passe un bon moment en lissant ces nouvelles. Certaines sont très émouvantes, d’autres trop courtes et on ressent une impression de bâclage comme pour un bien fou. Tatiana de Rosnay nous embarque comme même dans beaucoup histoire de rencontre, d’adultère, d’amour, de déception amoureuse.
Un point général qui n’est pas correcte, est le fait que tous les nouvelles sont inédites comme écrit sur la couverture alors que certaines sont déjà présentes dans le récit Amtermnation.

Commençons par les nouvelles que j’ai aimé, surtout dû au faite qu’ils sont plus longue. J’ai bien aimé Café Lowendal, où on rencontre Gabrielle qui est romancière qui fait la connaissance de la vilaine Victoria. Elles ont tous les deux aimé Diego et Victoria propose d’écrire un livre sur lui. Sauf que Gabrielle l’écrit et que sa carrière va se détruire.  
Ensuite, j’ai été très conquise par la nouvelle de la femme de la chambre d’amour, où on suit une jeune femme qui corrige les romans, elle va aider un romancier et on va la voir reprendre le goût à la vie.
J’ai bien aimé aussi le constat d’adultère qui est très bien construit et surtout eest construit très différemment des autres nouvelles.
Puis, j’ai aimé sans truc en plus, les nouvelles d’Amsterdamnation, la tentation de Bel-ombre, Ozalide, Dancing Queen.
Enfin les moins bonnes et trop courtes nouvelles sont Sur ton mur et un bien fou.  

Pour conclure, c’est un bon livre pour passer un doux moment mais on n’est pas subjugué par Tatiana de Rosnay comme je l’es été par Moka. Ces nouvelles se lissent comme même très rapidement et sont courtes.
Le point qui me semble dommage dans ce livre sont les chutes du roman, soit incompréhensibles ou pas cohérente avec la nouvelle ou une fin qui coupe net le récit alors que des questions reste en suspens. Ou bien dans les nouvelles de la femme de la chambre d’amour et constat d’adultère sont plutôt des fins ouvertes et je n’aime pas cela.


Note : 15/20, un bon recueil.  

Follow Us @soratemplates