septembre 13, 2016

# Articles

Les écureuils de Central Park sont triste le lundi - Katherine Pancol

Souvent la vie s’amuse.
Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud.
Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant.
Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

« "Écrire, c'est empoigner sa souffrance, la regarder en face et la clouer sur la croix."
"Pourquoi toujours dire du mal des gens ? On n'a jamais vu un chameau se moquer de la bosse de l'autre ! »

Mon ressenti :
Les qualificatifs que je donne à ce livre : longuet, attachant.  

Pour commencer, ce troisième tome est assez mitigé pour ma part. Il est en dessous des autres tomes de la série.
Pour l’histoire : on suit toujours les mêmes personnes que les autres tomes : Joséphine, Hortense, Zoé, Shirley, Phillipe… Mais je pense que l’auteur à essayer de commencer à mettre en place Muchachas, vu que les enfants sont de plus en plus présents. La plume de Pancol est quant à elle agréable mais elle bourre de détail et donc moi j’ai zapé des paragraphes qui m’ont rien apporté à ma compréhension.
Les personnages sont le point fort de ce roman, et heureusement avec ses 900 pages, il le faut. Ils sont tous (ou presque) attachants. Joséphine essaye de relancer sa vie mais on a une très longue partie sur son deuil certes elle doit mais ça prend trop de place et du coup je n’ai pas réussi à rentrer dans cette histoire tout de suite. On suit principalement l’histoire entre Hortense et Gary qui pour moi relevé carrément ce livre. Hortense ne change pas elle est fonceuse et prête à tout pour réaliser ses rêves et lui est aussi beau et calme. Il y a aussi Zoé qui est assez efface, il y a pas d’évolution pour elle dans ce tome. Elle reste la petite fille niaise qui aime Gaétan qu’elle croit être l’homme de sa vie.

Pour conclure :
Le +  est l’ambiance est comme même super. L’idée de mettre ce tome centré sur Hortense et Gary m’a donné une motivation pour lire ce pavé. La fin est juste très bien.
Le – est  les longues descriptions et le début qui est longuet.


Note : 13/20, alléluia enfin j’ai terminé une saga. J’ai plein d’autre Katherine Pancol à lire. 

Follow Us @soratemplates