septembre 01, 2016

# Articles

Moka - Tatiana de Rosnay

Justine mène une petite vie tranquille entre son mari, ses deux enfants et son boulot de traductrice free-lance. Mais un mercredi après-midi, tout bascule. Un chauffard renverse son fils en plein Paris, et prend la fuite, à bord d'une berline couleur moka. Malcolm sombre dans le coma, l'enquête piétine... Seule contre tous - ou presque, Justine veut découvrir la vérité. Jusqu'au bout. Et à n'importe quel prix. " Franglaise " comme son héroïne, Tatiana de Rosnay, auteur du best-seller international Elle s'appelait Sarah, entraîne le lecteur dans un étourdissant suspense psychologique.

« Le plus dur, c’était de tenir. Tenir. Calquer le quotidien sur l’horreur qui nous arrivait. Et puis le réveil. Le moment où on ouvrait les yeux, on ne se souvenait de rien, on se sentait léger, du moins le croyait-on. Puis tout revenait. Le poids qui s’installait, qui étouffait»

Mon avis sur ce livre:
Premier qualificatif qui me vient à l'esprit sur ce livre : Surprenant
Pourquoi avoir lu ce livre ?
J’ai lu moka parce que je voulais découvrir Tatiana de Rosnay en 2016.

On suit principalement Justine, qui est la mère de famille, elle travaille depuis son domicile en tant que traductrice freelance. Et puis tout bascule quand elle reçoit un appel téléphonique, qui l’informe que son cadet vient d’être renversé par un chauffard qui a pris la fuite. Malcolm est dans le coma. Du chauffard on ne sait rien, à part qu’il conduisait une Mercedes ancien modèle, de couleur Moka. La plaque d’immatriculation n’est pas complète. Les témoins n’ont pas vraiment vu le conducteur ou la conductrice. Justine va remuer ciel et terre pour tenter de retrouver la personne qui a osé s’enfuir en laissant une autre personne en danger juste pour comprendre ce qui se passait dans sa tête. C’est un sujet qui me touche et je trouve qui peut arriver à tout moment et à toute personne.

La mère réagit comme toutes les mères peuvent le faire s’il l’arriverait la même chose. La mère est courageuse et va se battre pour retrouver les coupables toute seules vu qu’elle trouve la police incompétente. Le père du gamin est plus renversé. Il est anglais et architecte, il n’a pas le même point de vue que Justine. Il a du mal à dire ce qu’il ressent et surtout il laisse la police trouver le coupable, cela m’a fait un peu mal vu que on aurait dit qu’il s’en fiche. Il préfère veille son fils. On prend le parti de l’un ou de l’autre.

Tatiana de Rosnay est une écriture simple avec des phrases courtes. On suit l’histoire de tous les jours dont il n’y a pas toujours de véritable action à foison mais la fin et les rebondissements sont justes déroutant. On s’attend à ce qu’elle retrouve la personne mais surtout pas la raison pour laquelle elle s’enfuit ni qui elle est.
Tatiana capte notre attention avec des phrases courtes, pour marquer le récit. On peut plus lâcher ce roman, on veut savoir tout de A à Z. Le personnage de Justine est crédible vu qu’elle a des réactions totalement plausible, du faite on s’identifie facilement parce que l’on a les mêmes réactions si cela nous arrivait.


Note : 18/20 j’ai versé quelque larme. Je veux en découvrir d’autres.

 

Follow Us @soratemplates