mai 09, 2017

# Articles

Un été ardent - Andrea Camilleri

D'abord une invasion de cafards, puis de souris, et enfin de rats : la villa que le commissaire Montalbano a trouvée à Vigàta pour des amis de sa fiancée Livia semble vraiment maudite. La série de catastrophes atteint son paroxysme lorsque le petit garçon du couple disparaît... pour être finalement retrouvé sain et sauf dans un sous-sol dont les locataires mêmes ignoraient l'existence. Mais une autre découverte y attend le commissaire : le cadavre d'une jeune fille du village disparue plusieurs années auparavant. Dans la chaleur étouffante du mois d'août en Sicile, Montalbano se lance dans une nouvelle enquête dont la progression est perturbée par la sœur jumelle de la défunte, la ravissante Adriana. Un été ardent pour le commissaire préféré des Italiens qui, entre angoisses de l'âge et tourments de la chair, devra, avant tout, garder la tête froide...

 « Le chat qui, d'habitude, collait aux baskets, comme le savait bien Guido, semblait avoir disparu lui aussi.
- Quand on l'appelle, d'habitude, Ruggero, ou bien il vient, ou bien il miaule. Essayons de l'appeler, suggéra Guido.
Pinsée logique : étant donné que le minot ne parlait pas, le seul qui en quelques façons pouvait arépondre, c'était le chat. »

Mon avis:
Si vous recherchez un policier italien très simple, foncé sur un été ardent d’Andrea Camilleri.

Nous suivons l’enquêteur Montalbano qui lors d’un séjour idyllique dans une villa sicilienne louée par le commissaire pour un couple de ses amis. Sauf que Montalbano découvre le cadavre d’une adolescente disparue six ans auparavant. Il enclenche une enquête sur le milieu de l’immobilier, du complot politique et mafieux.  

Concernant les personnages, Montalbano est très intelligent et rusée. Sauf que dans cette enquête, il est un peu dépassé par un tueur plus rusé.  Le commissaire est quasiment tout seul pour cette enquête. Mimi Augello est peu présent et l’amoureuse Livia part du roman déjà à la moitié de l’enquête. Il y a juste la sœur de la victime qui va l’aidé dans son enquête vu qu’elle a ressenti ce que une sœur ressent.
Au départ on a presque du mal à lire puis on se fait à cette traduction qui semble fidèle mélange de patois du Sud et de mot inventé. L'enquête passe presque au deuxième plan derrière les personnages et la vie du commissariat au bord de l'évanouissement après la vague de canicule.

Concernant la construction et le rythme du récit. La traduction est mal faite, et perturbe la lecture. L’intrigue est passionnante tout de même. Le style est agréable et l’humour de l’auteur transparait. L’enquête se fini mais la fin est trop abrupte.


Note : 14/20, un policier comique mais aussi tragique. 

Follow Us @soratemplates