août 07, 2017

# Articles

Nuit - Bernard Minier

 « Il le va les yeux de l'article qui annonçait que Toulouse accueillait 19000 nouveaux habitants chaque année et pourrait dépasser Lyon d'ici à dix ans, possédait 95789 étudiants, 12000 chercheurs, était reliée à 43 villes européennes par son aéroport, à Paris par plus de 30 vols quotidiens, mais - dans la queue le venin - l'article faisait ensuite remarquer que entre 2005 et 2011, les effectifs de la police toulousaine comme ceux de la police nationale dans son ensemble n'avaient cessé de diminuer pour des raisons strictement budgétaires et que cette baisse dramatique n'avait pas été totalement compensée depuis. »

Mon avis:
Si vous recherchez un Thriller exquis sans trop atrocité, foncé sur Nuit - Bernard Minier.

Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Parlons dans un premièrement, de l’intrigue du roman : nous suivons Kristen Nigaard et Martin Servaz. Kristen Nigaard est une inspectrice norvégienne, elle se rend à Bergen, puisqu'elle a été appelée sur une enquête concernant une jeune femme  qui a été retrouvée massacrée dans une  église. La victime est une  technicienne qui travaillait sur une plate-forme pétrolière. Tous les soupçons vont se porter sur un de ses collègues qui n’est d’autre que Julian Hirtmann. Elle découvre également que cet homme a des photos de Martin Servaz, l’homme l’a  longuement épié et une photo d’un petit garçon avec au dos inscrit : Gustav. Une question chez Martin Servaz : quel est le but de Hirtmann à les réunir sur cette enquête ?

Dans un deuxièmement, les personnages sont toujours autant attachants.
Martin est bourru et solitaire. Il est un très bon enquêteur. Il se renferme encore un peu plus dans ce tome. Avant, il parlait à ses collègues mais là rien. Martin est courageux parce que dans ce tome il connait encore énormément de mésaventures: grave accident, affaires de viols, soupçon de meurtre.
Kristen est nouvelle dans ce tome. Elle démarque comme un cheveu sur la soupe, froide et aussi solidaire que Martin. Elle est déterminée. Les personnalités des deux les rapprochent. Ils se comprennent. Elle est aussi personnellement impliquée avec Hirtmann que Martin dû à son passé. Ils forment un duo intéressant et très appréciable.

Enfin, parlons du style de Bernard Minier. L’auteur a toujours une plume remarquable. Il sait retransmettre l’ambiance de son roman : sombre, angoissant. Je trouve que ce roman est moins descriptif que les autres : il y en a mais elle pèse moins sur le rythme de la lecture.
La fin est juste époustouflante et inattendue. Elle montre qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

La note : ★★★★★ (19/20) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow Us @soratemplates